Portrait de jeune fille orientale

Un système d’accrochage défaillant, un coup de vent, un geste malencontreux, et c’est « l’accident »…. déchirures simples, multiples ou complexes sont fréquentes lors de la chute des tableaux. C’est l’histoire de ce portrait de jeune fille, peint par Marcelle Rondenay (orientaliste).

Identification de l’œuvre
Artiste : Marcelle Rondenay

Technique : Huile sur toile
Époque : Première moitié du 20ème siècle
Dimensions 65 x 54 cm
Localisation : France
Signé : oui en bas à senestre
Propriétaire : Collection particulière
Cadre : en bon état
État de conservation de l’œuvre : mauvaise.
Déchirures multiples

Déchirures multiples

La tête de notre modèle, ne tenait plus qu’à quelques fils, tant les déchirures étaient nombreuses, de plus des déformations, des plis divers et des pertes de matières  accompagnaient celles-ci. les bords de clouages étaient arrachés. Le choc situé sur la moitié supérieure a dû être violent.

Patience, patience…

Posée à plat sur le plan de travail, couche picturale face à nous, nous avons séparé l’œuvre du cadre, puis après l’avoir retournée délicatement, nous avons décloué la toile.

Après avoir réalisé des tests et dépoussiéré le revers de l’œuvre, nous avons pu « aplanir » les déformations afin de jointer les déchirures, et poser des pansements provisoires afin de pouvoir pratiquer les pontages. Pendant ce temps une nouvelle toile de lin à été préparée (montage sur châssis provisoire, dé catissage) pour le doublage à venir.

Pontages en cours

Pontages en cours

Ces étapes exécutées, les pontages ont été effectués côtés face et revers, puis les excédents de colle ont été arasés.

Un cartonnage (protection) posé sur la couche picturale, nous a permis de pratiquer le « doublage ».

la colle a été appliquée sur le revers de l’œuvre à l’aide d’un rouleau,  puis posée sur la nouvelle toile. Les bulles d’air chassées, le repassage a pu être effectué.

Le châssis quant à lui à été dépoussiéré, nettoyé, et traité contre les xylophages.

Après séchage, l’œuvre a pu être remontée sur son châssis, et le cartonnage retiré.

Travail final

Travail final

Le vernis a été allégé à l’aide d’un mélange de solvants.

Après évaporation de ceux-ci, un autre vernis provisoire a été vaporisé sur la couche picturale. Cette étape nous a permis de poser les enduits et de les ragréer (ou de les structurer, selon les endroits).

Les couleurs appliquées en deux temps, se sont intégrées à l’ensemble de l’œuvre. Le vernis final a été posé au spalter.

Ce contenu a été publié dans Conservation, Restauration, Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Portrait de jeune fille orientale

  1. Philippe Macia dit :

    Une bien jolie jeune fille qui a retrouvée toute sa fraîcheur grâce à ton art. Bravo pour ton analyse et ton travail! Cette fois ci je suis d’accord il ne s’agit pas d’un peintre italien! Continues comme ça, car tu as compris, que patience et humilité, sont les bases d’une bonne restauration…

Laisser un commentaire